Les Amis de l'Institut Bordet asbl

50 ans au service de la lutte contre le cancer

Cat. : Les Amis en action

Les "Amis de Bordet", en action depuis 1969.

Ariane-cambier-secrétaire-générale

Par Ariane Cambier, Secrétaire générale.

"Cela a fait 50 ans cette année que 'Les Amis de l’Institut Bordet' soutiennent la recherche contre le cancer à l’Institut Bordet. 50 ans d’enthousiasme qui ont accompagné les formidables avancées en cancérologie. Retour en arrière. " 

A la fin des années 60, il devient évident que l’Institut ne peut se maintenir au rang des meilleurs centres mondiaux sans l’apport de fonds privés. C’est ainsi qu’en 1969, à l’initiative du Pr Tagnon et de son épouse, sont créés 'Les Amis de l’Institut Bordet' dont le but et le mode de fonctionnement s’inspirent des fonds anglo-saxons actifs dans le soutien à la recherche médicale.

Modeste association au départ, 'Les Amis' connaissent très vite un développement remarquable, se hissant à la place de 1er donateur privé de l’Institut Bordet.

Les subsides octroyés passent pour la 1ère fois la barre du million en 1989, des 2 millions en 2004 et des 3 millions en 2008, preuve s’il en fallait que la mission que s’est fixée l'ASBL rencontre pleinement l’adhésion du public.

L'Institut Bordet à la pointe de la recherche contre le cancer

La recherche constitue, avec les soins aux malades et l’enseignement, l’une des 3 grandes missions de l’Institut Bordet. C’est donc tout naturellement que 'Les Amis' en ont fait leur cheval de bataille depuis leur création. Il est ainsi difficile de trouver une équipe de recherche qui n’ait, au fil du temps, été en tout ou en partie financée par eux, que ce soit le Laboratoire d’Hématologie Expérimentale, celui d’Oncologie ou encore de Chirurgie Expérimentale.

professeur sotirouA tire d’exemple, et de manière non-exhaustive, 'Les Amis' ont ainsi, dès le début des années 2000, participé à la fabuleuse aventure des puces ADN, à l’origine de la véritable révolution qu’a connue la cancérologie au cours des dernières années et ce en envoyant se former aux Etats-Unis le Pr Christos Sotiriou.

Celui-ci, dès son retour à l’Institut Bordet en 2001, et toujours avec l’aide des 'Amis', montera le 1er Laboratoire de MicroArrays en Europe et mettra très rapidement en évidence une nouvelle signature génomique permettant de mieux caractériser le grade histologique d’un certain nombre de cancers du sein, jusqu’alors indéfinis, évitant ainsi à de nombreuses femmes, une chimiothérapie inutile.

Depuis, 'Les Amis' n’ont eu de cesse de financer les travaux du Laboratoire de Recherche Translationnelle en Cancérologie Mammaire de l’Institut sur la caractérisation des différents types de cancers du sein, ouvrant, là encore, la voie à de nouvelles prises en charge thérapeutiques.       

Cancers lobulaires, cancers 'triple-négatifs', cancers multifocaux, cancers du sein chez la femme enceinte…, il n’est guère de domaines dans lesquels ils ne soient intervenus.

Aujourd’hui, 'Les Amis' accompagnent les chercheurs dans les nouveaux défis qui s’offrent à eux: 

Ils soutiennent ainsi notamment les travaux en immunologie, sur l’étude de l’environnement tumoral, sur la compréhension de la maladie métastatique ou encore sur l’extraordinaire potentiel des biopsies liquides lesquelles permettent notamment, à partir d’une simple prise de sang, d’identifier plus rapidement les éventuelles récidives ou encore sur les fantastiques promesses de l’immunothérapie.

Des appareils médicaux de dernière générationPr Marc Lemort

La recherche contre le cancer ne peut plus se concevoir aujourd’hui sans le support des extraordinaires progrès technologiques qui révolutionnent chaque année la cancérologie mais dont les coûts sont exponentiels.

C’est la raison pour laquelle « Les Amis » permettent aussi à l’Institut d’acquérir les appareils médicaux de dernière génération indispensables aux chercheurs.

Ceux-ci permettent servent de support à la mise au point de nouvelles techniques diagnostiques  ou thérapeutiques bénéficiant une nouvelle fois directement aux patients.

Ainsi, dès 2009, le Mobetron a permis à certaines patientes atteintes d’un cancer du sein de bénéficier d’une radiothérapie complète durant l’opération, leur évitant 6 semaines de radiothérapie quotidienne.

Agir pour le bien-être des patients

Le bien-être des patients, essentiel dans le processus de guérison, a également aussi toujours été au centre des préoccupations des « Amis » que ce soit à travers la création de structures de prises en charge spécifiques comme l’Espace Enfants ou plus récemment à travers le soutien à des projets de recherche visant à améliorer la communication médecins/patients.

Last but not least, 'Les Amis', soucieux d’assurer la relève, ont créé au cours des dernières années deux bourses destinées à soutenir de jeunes chercheurs prometteurs.

La 1ère 'Bourse Jeune Talent', permettant à un jeune médecin post-doctorant de lancer ses propres activités de recherche à l’Institut en le dégageant à mi-temps de ses obligations cliniques, a ainsi été octroyée au Dr Laurence Buisseret pour lui permettre de mener à bien ses travaux de recherche sur l’immunologie dans le cancer du sein.

laurence-buisseret-Denis Larsimont

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques acquisitions rendues possibles grâce aux Amis

  • 1er PET-CT en Belgique
  • 1ère plate-forme de micro-array en Belgique 1ère RMN 3-TESLA Corps entier en Belgique
  • Mobetron (accélérateur linéaire permettant la radiothérapie per-opératoire de certains cancers du sein) 
  • 1er scanner double-tube / double énergie en Belgique permettant de réduire les doses de rayons administrées aux patients et d’évaluer de manière plus efficace l’efficacité de certains traitements
  • 1er Focal One en Belgique permettant le trai- tement de certains cancers de la prostate de manière plus ciblée et donc moins 'invasive' par ultrasons focalisés de haute fréquence
  • Micro-dissecteur laser permettant d’extraire très précisément sur les coupes de tissus les zones à analyser
  • Appareil 10X Genomics Chromium permettant une analyse intra-tumorale à l’échelle d’une cellule unique